011.gif (128 octets)  Visiteurs                                                                          Suite  011.gif (128 octets)


19 - Poulies, palans et ligatures







009.gif (143 octets)    Introduction    010.gif (141 octets)


  • Alors que la coque et les superstructures sont terminées, vous allez vous retrouver avec tout un lot de poulies à ligaturer.
  • Il est important d'avoir des idées claires, et simples, sur le sujet.
  • Quelques outils spécialisés sont indispensables pour faire un travail propre.
  • C'est en arrivant à la fin de la construction de L'Astrolabe, que je recommence ce chapitre.
  • Il est donc inévitable que des photos prises antérieurement montrent, dans d'autres chapitres, des exemples qui ne sont plus d'actualité.
  • Dernière méthode expliquée dans le vidéo : "Fausse ligature".
  • C'est une solution qui va simplifier la mise en place des poulies et autres éléments du gréement dormant ou courant.



009.gif (143 octets)    1.   Les outils    010.gif (141 octets)


  • Sur le crabe, nous trouvons:
  • 1. Petit coupe-ongles.
  • 2. Petits ciseaux et pince limée.
  • 3. Colle cyano super thin.
  • 4. Porte bobines.
  • 5. Pinces petit-poids.
  • 6. Pinces croco fixes.



009.gif (143 octets)    2.   Les éléments d'un palan    010.gif (141 octets)


  • Voici un palan à poulies doubles. Chaque poulie, P1 et P2, ayant 2 réas.
  • Le garant G, est le cordage reliant les 2 poulies.
  • Le dormant D, est l'extrémité fixe du garant, attachée à l'estrope d'une poulie.
  • Le courant C, est l'extrémité libre du garant, sur laquelle s'exerce la traction.
  • La poulie P1 a une estrope E1 en cordage, qui est la ligature de l'itague I autour de la poulie.
  • La poulie P2 a une estrope E2 en fer, se terminant en crochet.



009.gif (143 octets)    3.   Ligature des itagues    010.gif (141 octets)


  • Ligature d'une itague:
  • 1. Placer la poulie dans la pince croco. Le trou du réa est toujours du côté de la ligature.
  • 2. Si la poulie doit recevoir un dormant, utiliser le petit crochet pour garder un espace dans la boucle de l'estrope.
  • 3. Tendre et pincer le cordage dans la 2ème pince croco.
  • 4. Pincer le cordage contre la poulie.
  • 5. Mettre une goutte de colle cyano super thin sur le cordage, sur le côté de la poulie. La colle va souder le cordage pincé.
  • Soudure S du cordage contre la poulie.
  • Pour éviter que la pince ne colle au cordage, mettre un peu de cire d'abeille à l'intérieur des becs.
  • Le départ du fil de ligature est tenu par la pince croco verticale ou une pince petit-poids.
  • Puis est passé avec le pouce (P) sous le cordage.
  • La pince reprendre alors le fil pour compléter le tour.
  • Finir la ligature et la geler avec de la cyano.
  • L'entrée et la sortie du fil de ligature doivent être aussi gelées, pour pouvoir être coupées nettes avec le coupe-ongles.
  • La ligature (F) et l'estrope sont maintenant terminées. Le passage pour le dormant est bien visible (D).



009.gif (143 octets)    4.   Les estropes en cordage    010.gif (141 octets)


  • Ce genre d'estrope peut se faire sur des poulies de petites dimensions.
  • Mais le cordage utilisé doit bien durcir au contact de la colle ciano super thin.
  • Certains cordages cirés durcissent mal.
  • Avant de placer la poulie dans la pince croco, approfondir la rainure (R) de la poulie, opposée à la boucle.
  • Le trou de la poulie est toujours du côté de la boucle.
  • Le crochet (1) a été frotté à la cire, avant l'opération.
  • Tourner le cordage de l'estrope avec le crochet, afin de faire une boucle.
  • Geler la boucle (2) avec une goutte de colle ciano super thin.
  • Retourner la poulie dans la pince croco, en pinçant le cordage dans les rainures de la poulie.
  • Tirer (vers le haut et vers le bas) les deux bouts du cordage, dans la rainure élargie de la poulie (C).
  • Geler avec de la colle ciano.
  • Couper le cordage en extra avec un bon coupe-ongles.



009.gif (143 octets)    5.   Les estropes en fer    010.gif (141 octets)


  • Trois sortes de pinces nécessaires pour former les estropes en fer.
  • Pinces à becs minces (1), à becs ronds (2), coupante (3).
  • 1. Poulie de 7mm estropée avec un fil de fer de 20ga.
  • 1.1 Plier le fil de fer sur une demi-largeur de la poulie.
  • 1.2 Plier le fil de fer autour de la poulie en le tenant avec une pince.
  • 1.3 Faire l'arrondi du crochet, l'ajuster, le couper.
  • En serrant l'estrope avec une pince, mettre une goutte de colle cyano super thin, pour geler le tout.
  • Si l'estrope doit tenir un dormant, faire un passage avec un petit foret.

  • 2. Poulie de 3mm estropée avec du fil de fer peint de 24ga. Avec crochet et boucle pour un dormant.
  • 2.1 Pour avoir une boucle pour le dormant, on plie le fil de fer en épingle à cheveux. Si l'on ne veut pas de boucle, on plie le fil de fer carré, de la largeur de la poulie.
  • 2.2 Le fil de fer est torsadé serré. On forme le crochet avec la torsade.
  • Mais si la poulie est plus petite, on torsade juste 3 fois et on forme le crochet avec seulement un des fils de la torsade.
     
  • Pour faire une torsade bien serrée contre la poulie:
  • 1. On commence la torsade en tenant la poulie avec une pince.
  • 2. Ensuite, on pince la torsade et on tourne un peu la poulie.



009.gif (143 octets)    6.   Ligatures sur mât des haubans/galhaubans    010.gif (141 octets)


  • Ce genre de ligatures est pratiquement impossible à faire, alors que le mât, déjà assemblé, est en place sur le pont.
  • La ligature et la pose des haubans sur le ton d'un mât se font avant la pose de son chouquet.
  • Passer le hauban autour du mât en construction.
  • Tenir la boucle du hauban avec une pince.
  • Tenir la pince serrée et glisser la boucle hors du mât.
  • Geler la base de la boucle avec de la colle cyano super thin.
  • Placer la boucle dans une pince croco.
  • Tendre les haubans dans l'autre pince croco.
  • Faire une ligature sur la base de la boucle. La geler.
  • Ce hauban jumelé est alors prêt à être enfilé sur le ton du mât.
  • Pour la ligature des caps de mouton sur les haubans, voir "Chapitre 39 - Haubans et enfléchures".



009.gif (143 octets)    7.   Poses symétriques de poulies    010.gif (141 octets)


  • Il y a deux manières de poser des poulies en bout de vergue, ou autour d'un mât par exemple.
  • Soit estroper une poulie à chaque bout d'une itague (1).
  • Soit estroper une poulie par itague (2).
  • La deuxième manière reste la plus simple et la plus pratique.
  • Exemple de petites poulies de 3mm en bout d'une vergue de perruche.
  • Faire une simple boucle autour de l'extrémité de la vergue. Ajuster l'itague à la longueur voulue.
  • Geler la boucle avec de la colle cyano super thin. Couper le cordage en extra.
  • Pour les poulies des palans centraux de levage des vergues, qui restent très proches de la hune, la deuxième méthode est la seule valable, pour un kit.
  • Chaque itague est tournée une fois autour du mât, les poulies restant sous la hune.
  • Des pinces petit-poids (P) tirent les poulies vers le bas.
  • Ajuster les itagues pour mettre les deux poulies au même niveau.
  • Geler les itagues entourant le mât. Couper le cordage en extra.



009.gif (143 octets)    8.   Attaches courtes et fausses ligatures    010.gif (141 octets)


  • Au milieu des vergues, ainsi que sur le beaupré, les poulies sont très proches de leur point d'attache.
  • On perce donc un trou dans la vergue ou dans le beaupré et on y passe l'itague de la poulie.
  • Une fois la poulie bien positionnée (1), on gèle son itague dans le trou du bois. Puis ou coupe le surplus de cordage au ras de la vergue ou du beaupré.
  • Une fausse ligature (2) est alors tournée.
  • On tourne une fausse ligature en gardant la poulie vers le bas.
  • Deux pinces petit-poids (1) gardent le cordage sous tension.
  • Geler la ligature en 2.
  • Avec un petit exacto, couper en 3 les extrémités de la ligature.



009.gif (143 octets)    9.   Les liures de mâts    010.gif (141 octets)


  • Le principe est le même que pour tourner une fausse ligature (voir ci-dessus).
  • Deux pinces petit-poids vont garder le cordage tendu.
  • La liure L est alors gelée. Le surplus de cordage coupé à l'exacto.
  • Bien aligner, sur le "mauvais côté", les coupures de toutes les liures.



009.gif (143 octets)    10.   Les étais    010.gif (141 octets)


  • Les étais de bas mâts et de mâts de hunes s'attachent aux mâts par une boucle (collet) bloquée par un noeud (2).
  • On ligature un oeil (1), juste assez grand pour laisser passer l'étai.
  • On place alors l'étai autour du mât, pour marquer l'endroit du noeud.
  • Le noeud est alors fait et serré.
  • Le collet de l'étai est prêt.
  • Il faut le placer avant d'estroper une moque à l'autre bout de l'étai.
  • A sa partie inférieure, l'étai est tendu par un palan, constitué par deux moques (M) liées par une ride (3).
  • Une moque est estropée sur l'étai du côté du collet (1).
  • L'autre moque est estropée sur l'extrémité inférieure de l'étai (2).
  • La moque 1
  • est proposée dans le commerce. Il faut cependant élargir la rainure périphérique, pour bien placer l'étai.
  • Et limer l'intérieur de la moque pour se rapprocher de la réalité.
  • La moque 2 est taillée à partir d'un cap de mouton.
  • Elargir également la rainure périphérique.
  • Ligaturer l'étai autour du cap de mouton et, ensuite seulement, tarauder un trou au milieu du cap de mouton.


011.gif (128 octets)  Visiteurs                      Haut 007.gif (133 octets) Page                      Suite  011.gif (128 octets)

Copyright © Hubert Sicard